Voyance par téléphone - Voyance natasha medium

Oracle de Delphes

L'Oracle de Delphes selon Natasha

1.Visite de Delphes

Pour trouver Delphes tout d’abord, il vous faudra aller en Grèce ancienne ( Phocide ) au nord du golfe de Corinthe, dans les replis de la côte, au pied du Mont Parnasse. Vous y monterez à travers « une mer d’oliviers », énormes, éventrés de fissures profondes, tordus ou malmenés, leurs faces ricanantes semblent évoquer déjà de façon saisissante l’ambiance sacrée du lieu, comme ci certains héros de l’Antiquité étaient restés figés là, transformés par Gaïa -Déesse mère personnifiant la Terre- première détentrice du site de Delphes.

2 . la légende de Delphes

On dit que c’est en lâchant 2 aigles des extrémités de la Terre, l’un en direction du levant et l’autre vers le couchant, que le Roi de l’Olympe Zeus, marqua d’un Bétyle, une pierre sacrée, l’emplacement précis où les 2 oiseaux se rencontrèrent, comme étant le centre du monde « l’Omphalos » ou nombril de la Terre. Ainsi alors naquit en Phocide : la future Delphes. Mais c’est tout d’abord Gaïa déesse de la terre et Poséidon Dieu de la mer qui avaient nommés ce lieu Pythô. Gaïa considérée comme la mère des Prédictions et détentrice du Secret des Destins abrite ici, un premier oracle qui lui est consacré. Elle exprime alors ses oracles entre autre par le bruissement des feuilles de Lauriers ; et fait garder son sanctuaire par Python, un monstre venu de la terre aux allures d’énorme serpent qui terrorise le pays. Apollon, alors en quête d’un lieu pour installer un temple et exercer son art de la prédiction, tue Python de son arc et ses flèches. Mais il doit ensuite se purifier de ce meurtre et pour cela est condamné à garder les troupeaux du roi Admète en Thessalie. Puis il revient en vainqueur à Pythô, et c’est sous l’apparence d’un dauphin (animal dont le nom donnera celui de Delphes) que le dieu des Prophéties et de la Vérité va au devant de l’équipage d’un navire crétois en proie au naufrage, pour les guider jusqu’au sanctuaire et en faire les premiers prêtres de son oracle. «

Je suis le fils de Zeus, je me fais gloire d’être Apollon ;[…] De même que tout d’abord c’est sous l’apparence d’un dauphin que … j’ai bondi sur votre navire, de même appelez-moi delphinien […] et l’autel lui-même sous le nom de Delphinien sera toujours l’objets des regards.[…] et Vous serez les gardiens de mon temple opulent. »

3. l’oracle de Delphes

L’oracle désigne à la fois la réponse d’un Dieu à une question qu’on lui adresse et le lieu où l’on recueille cette réponse. L’oracle c’est aussi le Dieu lui-même, qui s’exprime par la voix d’une prêtresse ou d’un prêtre. Apollon s’inspira du monstre Python pour nommer la grande prêtresse de son sanctuaire, qu’il baptisa La Pythie. Il y eu évidemment plusieurs « pythies » mais la légende garde le mythe de la première et principale. Elles sortaient toutes de familles les plus honnêtes et les plus respectables qui soient et avaient toujours mené une vie irréprochable, mais elles ne devaient porter en elles aucunes connaissances, être une âme la plus pure possible afin de pouvoir s’approcher du dieu et surtout pouvoir transmettre les oracles, bien que souvent ceux-ci soient dictés dans les mots par les prêtres du sanctuaire. Le jour où La Pythie rend l’oracle, elle se purifie dans l’eau de Castalie puis descend dans une salle souterraine du temple « l’Adyton » où elle s’installe sur un trépied placé au-dessus d’une excavation d’où sortaient des émanations enivrantes. Alors La Pythie mâche des feuilles de laurier et entre en extase mystique « l’enthousiasmos ». Mais avant de consulter l’oracle, le fidèle quel qu’il soit doit se soumettre à un certains nombres de rites : purifications, paiement du pléanos (taxes), sacrifice d’une chèvre ou offrandes de toutes natures ( cf : la Voie Sacrée du Temple d’Apollon) pour déterminer si Apollon accepte ou non d’être consulté. Si oui, le consultant de l’oracle descend dans une salle souterraine « l’Oikos » voisine de « l’Adython ». C’est dans l’antre du Dieu, lieu interdit aux profanes, là où se trouve une statue en or d’Apollon, que la question du fidèle est posée oralement ou par écrit, sous la forme « Faut-il faire ceci ou cela ? » Le prêtre responsable de l’oracle transcrit en vers la réponse, plus moins incompréhensible, de La Pythie et en donne l’interprétation. L’oracle est le plus souvent ambigu, d’où le surnom de « Loxias » (l’oblique ou l’équivoque) donné à Apollon. L’oracle de Delphes se trouve consulté avec insistance et en grand nombre. Chaque année des millions de pèlerins viennent, car on peut interroger l’oracle sur des problèmes particuliers ou sur des affaires importantes (politiques ou religieuses). Il devient ainsi le guide spirituel de tout le peuple grec et son influence s’étend bientôt sur tout le monde civilisé. La plupart des héros consultent un jour ou l’autre l’oracle.

2 votes. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau